Robin MeierRobin Meier, né en 1980 en Suisse, vit et travaille en France. Musicien de formation Robin Meier étudie la composition avec Madeleine Ruggli à Zürich et Peter Benary à Lucerne. De 2001 à 2005 il suit le cours de Michel Pascal dans la classe de composition électroacoustique au Conservatoire National de Région de Nice. Depuis Octobre 2004 il étudie la philosophie cognitive à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris où il a rédigé son mémoire sur les modèles de la cognition et leurs expérimentations artistiques.
Ses œuvres ont été montrées à Nice, Sophia-Antipolis, Marseille, Aix-en-Provence, Paris, Zurich, Linz, Stuttgart, et Venise.

Les compositions et installations de Robin Meier, artiste, sont influencées par son intérêt pour l'intelligence artificielle et l’électro acoustique. Au sein de nos conférences il exposera son œuvre « Fish » qui tente d’établir une communication entre des poissons et un ordinateur portant sur l’interaction et l’apprentissage entre le vivant et l’artificiel.
Des signaux électriques émis par un poisson éléphant et deux poissons couteaux sont appris par un système de neurones artificiels qui génère des réponses et les resynthétise en temps réel dans l’eau. La production sonore des poissons ainsi que celle des neurones artificiels est retransmise à travers les haut-parleurs fixés sur la structure métallique accueillant les aquariums. La communication réussie, le comportement des poissons peut être altéré à travers des “ordres” générés par la machine. Ainsi, n'importe quel changement comportemental qu’il soit moteur, électrique ou autre, peut se percevoir directement : changement de hauteur ou changements rythmiques dans les signaux des poissons. La machine interagit sur le poisson qui doit s’adapter à son environnement changeant, une fois le signal décodé.

FishPour l’artiste, « Fish se réalise dans le vivant, dans le changement comportemental des poissons ». Ainsi, il « utilise des réseaux de neurones artificiels non pas comme acteur, créant un matériau artistique, mais comme régulateur, ou pont, entre le vivant et l'artificiel ». Aux questions que soulèvent son œuvre, Robin Meier répond :

« Entre le souci de l’explicité dans les sciences et la part inévitablement implicite de la création dans l’art, l’aspect “exotique”, qui apparaît en croisant les deux, devient moteur. L’étrangeté - la science qui à première vue, semble si différente et éloignée de l’art - devient un défi, obligeant l’artiste à créer un contexte nouveau et original afin qu’elle puisse faire sens. Ce changement de contexte met en perspective l’objet scientifique étudié et remet en question la discipline artistique. Cette recontextualisation a des conséquences dans les deux domaines concernés : d’une part l’approche artistique permet un nouveau regard grâce à ses libertés méthodologiques et contraintes personnelles, émotionnelles, sociales…, d’autre part les sciences créent pour l’art des nouveaux outils, grâce à leurs propres méthodes et avancements.  En même temps, la mise en oeuvre des objets scientifiques dans un contexte artistique peut changer radicalement notre interaction avec ces objets. La pratique artistique, plus libre et peut-être plus intuitive, nous permet de conduire une expérimentation et vérification ludiques des outils formalisés de la science. »

Vidéo de son intervention :

Vidéo de son interview :

 

 


Inserm Université de Nice Sophia Antipolis Ville de Nice MAMAC i3M ACL
Cycle de conférences organisé par l'UNS, l'UFR LASH, le Département ACL et le Laboratoire i3M en collaboration avec le MAMAC et la ville de Nice.